ARCHITECTURE PAYSANNE & ECOLOGIQUE EN BOURIANE

 

 

CONSULTER www.patrimoine-lot.com

L'Oustal, panorama de l'architecture paysanne du Lot
La maison, l'exploitation agricole, le coeur d'un terroir...
panorama architecture paysanne.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB

 

 

Caselles, pigeonniers, murs en pierre sèche, fours à pain,

puits, travails à ferrer et lavoirs…

Connu pour la qualité de son architecture, le département du Lot est souvent identifié à ces petits édifices qui parsèment les paysages, visibles depuis les routes, admirés depuis les chemins de randonnée, favoris des éditeurs de cartes postales
et recherchés des touristes.

 

Maisons élémentaires ou vigneronnes, bolets et galeries,

cheminées et souillardes…

L’architecture rurale ne se réduit pourtant pas au seul petit patrimoine, dont on considère qu’il a acquis ses lettres de noblesse à mesure qu’il a progressivement perdu son usage à partir de la fin du XIXe siècle. Avec ses divers modèles, la maison est au cœur de la civilisation rurale, au centre du monde paysan, toutes les activités familiales, sociales et agricoles gravitant autour d’elle. Au fil du temps, elle se dote d’équipements domestiques plus ou moins complexes qui

 reflètent le statut de ses occupants.

 

Aires à battre, soues et galinières, séchoirs et bergeries,

granges-étables et moulins…

À proximité immédiate ou à distance de la maison,
une multitude d’édifices plus ou moins grands compose la ferme et répond aux différentes fonctions de l’agriculture et de l’élevage, juste équilibre entre les hommes et les bêtes, les cultures et les lieux de stockage. Ils procurent à la famille les moyens de sa propre subsistance, mais aussi les revenus indispensables aux échanges et à la vie du foyer.

 

Parcelles, chemins, mas, hameaux et villages…

Destinés à l’exploitation d’un terroir, les bâtiments de la ferme sont répartis à proximité des points d’eau fixant l’habitat et le long de chemins qui structurent les paysages. L’espace agricole

est savamment hiérarchisé entre les jardins potagers, les champs et prairies clos, jusqu’aux bois entretenus. Pouvant vivre en autarcie, la ferme n’en est pas moins ouverte sur l’extérieur, en relation étroite avec ses proches voisins et le hameau, régulière avec le village, plus rare avec la ville.

 

L’oustal, c’est le territoire du paysan.
Ce mot occitan au sens multiple

est aujourd’hui trop souvent réduit à la seule habitation.
Mais, dans la bouche du paysan, il pouvait

désigner aussi bien sa maison que les bâtiments de sa ferme et l’ensemble des terres lui appartenant,

ou encore la mémoire familiale héritée de ses aïeux.

 

 

 

Source : Maisons Paysannes du Lot
Source : Maisons Paysannes du Lot