PROJET DE CENTRALE PHOTOVOLTAIQUE A SALVIAC /2

Les zones d'ombre du solaire à Salviac....

Photomontage réalisé par un salviacois représentant le projet de centrale solaire à Pech Esteve, à 2 pas du centre-bourg de Salviac, d'après les plans fournis par le constructeur PHOTOSOL. La mairie de Salviac soutient que les 11 hectares de panneaux photovoltaiques ne seront aucunement visibles dans le paysage. Qui a raison, qui a tort ?....

CENTRALE PHOTOVOLTAIQUE DE PECH ESTEVE A SALVIAC

La nouvelle association  LES AMIS DE PECH ESTEVE répond aux questions des salviacois

 

1/ De quoi s’agit-il  ?

Il s’agit d’une centrale photovoltaïque, située entre Carême et Pech Esteve, d’une superficie de 15 hectares dont 11 hectares de panneaux solaires. C’est un projet privé sur un terrain privé mais largement soutenu par la municipalité puisqu’il a été rendu possible suite à une modification du Plan d’Occupation des Sols (POS) en Décembre 2010 et suivi d’une délibération en Avril 2015.

 

2/Le photovoltaïque représente-il une solution adaptée pour lutter contre les « effets de  serre » et ainsi participer à la diminution des gaz détruisant la couche d’ozone ?

Si la production d’énergies renouvelables semble être une solution d’avenir pour lutter contre l’effet de serre, il n’en est pas de même pour le projet de centrale photovoltaïque de Salviac. La fabrication des panneaux et leur recyclage à l’issue de leur utilisation sont extraordinairement consommateurs d’énergie et particulièrement couteux. Le photovoltaïque est un moyen sale de produire de l’énergie propre. De plus, pourquoi déboiser 15 hectares de forêt quand on sait que celle-ci est le meilleur moyen de lutter contre l’effet de serre.

 

3/La mairie de Salviac a-t-elle tenu des réunions publiques d’information ?

Aucune ! Jamais ! Ni avec la population, ni même avec les riverains et les habitants subissant l’impact visuel à proche et moyenne distance. La Mairie de Salviac s’est satisfaite de la tenue d’une enquête publique discrète (mais obligatoire) et très peu annoncée : une annonce légale dans un journal local et deux petits affichages, en Mairie et à proximité du site.

 

4/ Ce projet sera-t-il porteur de bénéfices pour la commune et pour ses habitants en terme de ressources financières, de créations d’emploi et d’activité économique ?

Non, les retombées économiques seront assez faibles. Environ 17 OOO €/an pour la commune, près de 35 OOO €/an pour la communauté de commune au titre de l’Imposition Forfaitaire sur les Entreprises de Réseaux( IFER) et approximativement 1 700 €/mois pour le propriétaire du terrain. Pour ce qui est des créations d’emploi le gestionnaire ne prévoit pas de création de poste à l’exception d’une tâche de débroussaillage et d’entretien qui pourrait-être tenue par le propriétaire du terrain lui-même et une tâche de nettoyage des capteurs effectuée annuellement par une entreprise spécialisée et extérieure à la commune. Les véritables retombées économiques sont destinées à l’entreprise gestionnaire qui espère ainsi récupérer les 5 millions d’euros qu’elle aura investi.

 

5/La commune et ses habitants pourront-ils retirer quelques avantages pendant la durée des travaux (8 à 9 mois) ?

Non, à part des problèmes très importants en matière de circulation, de nuisances sonores et de très nombreuses détériorations de chaussées dues aux nombreux passages de camions de fort tonnage. De plus les entreprises travaillant sur le chantier viendront de Pologne, de Roumanie ou du Portugal comme le gestionnaire en a l’habitude . Aucune entreprise locale sur le chantier. Quant aux retombées économiques pour les commerces locaux, elles seront à la hauteur des salaires de misère que ces travailleurs détachés toucheront. Et pour ce qui est des panneaux eux-mêmes…Ils sont chinois ! 415 tables de 33 panneaux chacune soit 13695 panneaux !

 

6/ Est-il possible que grâce aux retombées économiques attendues par la mairie , les habitants de Salviac voient leurs impôts diminuer, voire disparaître ?

Non. Le budget de la commune en matière de dépenses de fonctionnement est de 830 000 € et de 394 000 € en dépenses d’investissement. Il est certain que le pécule perçu par la commune ne suffise pas à exempter les contribuables Salviacois de leurs impôts, ni même à les diminuer. Malheureusement pour eux !

 

7/Ce projet est-il économiquement viable pour l’entreprise gestionnaire ?

Oui relativement, du moins tant que le prix du KW/h sera acheté par EDF plus cher qu’il ne le vend et tant que le gestionnaire perçoit les nombreuses subventions auxquelles il prétend. Ce qui, en résumé, consiste à faire payer deux fois le contribuable. Une fois au titre du prix payé par EDF qui augmente en conséquence ses factures et une autre fois au titre des subventions qui sont payées grâce aux impôts perçus par l’Etat, la Région et le Département.

 

8/ Quand est-il des problèmes liés à l’environnement et à la protection des espèces faunistiques et floristiques.

On ne se rase pas 15 hectares de forêt sans conséquence. D’ailleurs, à ce jour, l’autorisation obligatoire de déboisement n’est toujours pas obtenue par le gestionnaire (Obligation légale pour tout déboisement supérieur à 4 hectares). Risques importants de glissements de terrain sur les parties pentues, risques de pollution du réseau hydro souterrain alimentant les captages. De plus, cette zone représente un couloir écologique très fréquenté par de nombreuses espèces d’oiseaux dont beaucoup sont protégées. Par conséquent il y a de gros risques pour la faune locale, la population avifaune sédentaire et migratoire (Milan noir, Moyen Duc, Palombe, etc.) et batrachofaune tel que le Triton Marbré (espèce protégée) dont le gestionnaire prétend conserver les deux mares dans lesquelles ils vivent alors que les alentours seront complétement déboisés au risque d’assécher les mares et de voir disparaître ces malheureux tritons.

  

9/ Ce projet peut-il encore être arrêté ?

Oui avec la volonté de chacun et la mobilisation de tous : habitants, riverains, promeneurs, chasseurs et tous les amoureux des paysages du Pays Bourian dont l’Office de Tourisme de Salviac se vante.. A ce jour les conclusions de l’enquête publique n’ont pas été publiées, l’avis motivé du Préfet n’est pas connu et le permis de construire n’est pas accordé par la mairie de Salviac. De plus des contestations fondées sur de nombreuses incohérences entre le permis de construire et l’étude d’impact réalisée par le porteur de projet peuvent encore être présentées auprès du Tribunal Administratif.

 

10/ Les considérations économiques et financières sont-elles les seules valeurs que nous légueront aux générations futures ? Le seul profit d’un propriétaire foncier, d’une commune et d’un entrepreneur financier valent-ils la destruction de 15 hectares de forêt ?

Non et même si ce projet est privé sur un terrain privé, le paysage et le patrimoine environnemental, eux, sont des biens communs non «commercialisables »que nous laisserons à nos enfants.

« Nous ne sommes que les locataires de la terre dont nos enfants sont propriétaires. »

 

 LA PETITION A SIGNER ET A FAIRE CIRCULER

Vous pouvez nous soutenir en signant la pétition en ligne dont voici le lien : https://secure.avaaz.org/…/Mr_le_Prefet_du_Lot_Annulatio…//… (Ctrl+clic pour suivre le lien)

 

Source:http://www.lot.gouv.fr/salviac-demande-de-permis-de-construire-un-parc-a10717.html

 

Association LES AMIS DE PECH ESTEVE.

(Enregistrement au Journal Officiel en cours)

JUIN 2015

amisdepechesteve@orange.fr

www.facebook.com/Les.Amis.de.Pech.Esteve

 

L'opposition à PHOTOSOL dans d'autres communes

"C'est vrai que c'est intéressant au niveau de la fiscalité, mais ce parc va dénaturer un paysage que nous tenons à préserver", défendent le maire, Jean-Paul Guillon, et son adjointe, Marie-France Deschamps, qui se disent "pourtant à fond pour les énergies renouvelables". "La principale ressource de notre territoire, c'est le tourisme. Là, on la gâche."


Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Les_amis_de_Golfech (mardi, 02 juin 2015 20:10)

    Le projet de centrale photovoltaïque de Salviac participera, parmi d'autres, à combler l'énorme retard de la France en matière d'énergie photovoltaïque. Alors que notre pays a la chance d'avoir un ensoleillement exceptionnel, nos installations solaires sont 12 fois moins importantes qu'en Allemagne ! Ce retard est notamment dû aux multiples recours des associations de faux écologistes qui, comme avec l'éolien, ne protègent finalement que la filière nucléaire. Le projet de Salviac ne fait que 15 hectares et est situé sur une colline calcaire ("causse") où seuls les cailloux et quelques chênes rabougris arrivent à pousser...
    Les opposants au projet sont contre le solaire comme ailleurs ils sont contre l'éolien. Partout, ils sont contre. Ils utilisent des arguments fallacieux (plus c'est gros plus ça passe) pour essayer d'ameuter le chaland. Mais c'est juste leur façon de se sentir exister, et tant pis s'ils sont minoritaires, ils n'en ont cure de l'opinion des autres, ils sont prêts à tout du moment que rien ne bouge. Ça ne les empêche pas de prendre l'avion pour partir en vacances, de rouler en bagnole, parfois en 4x4, pour se déplacer, et surtout d'avoir une maison isolée à la campagne, à Pech Estève par exemple... (et surtout pas dans un bourg, non ils préfèrent polluer, miter le paysage du moment qu'il n'y a qu'eux)...
    En fait, la nature, ils n'en ont réellement rien à faire, ce qui compte c'est leur petit confort, la vue et le calme de leur maison-nombril.
    Merci beaucoup.
    Jean-Claude Areva
    Les_amis_de_Golfech

  • #2

    Sylvie (mercredi, 03 juin 2015 15:11)

    Bien-sûr toutes les questions liées à la transition énergétique sont très sensibles et les avis divergent...
    Toutefois, dans le cas de Salviac, lorsque le projet a été connu, càd peu de temps avant l'enquête publique alors qu'il était dans les tuyaux depuis des années, la contestation dans un 1er temps s'est articulée au-delà du débat énergique, à savoir principalement autour de la question de l'emplacement choisi pour cette centrale : pourquoi raser 15 hectares de bois - ou de nature si vous préférez, car le causse n'est pas dénué d'intérêt en termes de biodiversité - et dégrader cadre de vie de riverains, alors que d'autres sites (anciennes carrières, anciennes décharges, etc.) pourraient faire l'affaire tout en sauvegardant le capital naturel du territoire ?....