Usage des lisiers sur la communauté de communes Cazals/Salviac

DIALOGUE

Industriels/élus/associations

M. Martin, maire de Cazals, M. Vialard, conseiller municipal Cazals, Mde Earl, conseillère municipale Montcléra, Mssrs Dutois et Marty de la SAS Elevage Cazals, S. Léveillé et P. Guerpillon du Cercle de Gindou
M. Martin, maire de Cazals, M. Vialard, conseiller municipal Cazals, Mde Earl, conseillère municipale Montcléra, Mssrs Dutois et Marty de la SAS Elevage Cazals, S. Léveillé et P. Guerpillon du Cercle de Gindou

 

COMPTE-RENDU
DE LA 1ERE REUNION DE CONCERTATION

mairie de Cazals - 10/06/13

 

 

- Nature de l'établissement porcin :

Maternité. Production de porcelets. Pas d'engraissement.
2700 truies-gestantes (1 truie = 3 porcs charcutiers, soit porcherie constituée de 8700 porcs équivalents)

-> le lisier produit est supposé être pauvre en fertilisant, donc en nitrates, car pas d'engraissement animal

 

- Configuration du plan d'épandage :

Plan réalisé par la Chambre d'Agriculture et validé par le Préfet

Superficie = 875 ha dont 657,7 ha épandables

80 % prairie

20 % cultures ("chaume")

42 agriculteurs signataires

Communes concernées : Gindou, Les Arques, Montcléra, Salviac, Cazals, Marminiac, Lavercantière, Rampoux

 

- Fréquence réglementaire des épandages : 

3 sorties par an en fonction de la météo

en hiver (janvier/mai)

au printemps (avant juillet)

à l'automne (du 15 septembre à novembre)

Pour les prairies :

parcelles sans prime à l'herbe (PHE)

-> 2 passages par an de 50 m3/ha chacun

parcelles engagées en PHE (niveau d'azote réglementaire à ne pas dépasser)

-> 1 passage par an de 50 m3/ha

ou 2 passages par an de 25 m3/ha

 

Pour les "chaumes" :

-> 1 passage par an après récolte

-> + un passage pour enfouissement des effluents 6 heures après épandage ou au plus tard 24 h. Cette opération doit être effectuée par l'exploitant de la parcelle.

 

Pour info , les tonnes à lisiers qui circulent sur le canton font 10 et 20 m3.


 

- Les domaines d'intervention à améliorer :

1/ Contrôler que les consignes d’épandage dictées par la Chambre d’Agriculture soient systématiquement respectées

2/ Inciter les agriculteurs à ne pas  négliger l'étape "enfouissement" pour les “chaumes” (opération qui leur est impartie contractuellement)

3/ Mettre en oeuvre des moyens pour contrôler sur le terrain les bonnes pratiques d’épandage.

4/ Le Cercle de Gindou demande que soient effectués des  contrôles bactériologiques réguliers sur le périmètre du plan d'épandage au niveau des sols et des cours d'eau.  soit par la commune, soit par les services d'état concernés.

5/Concernant les risques de pollution de la Masse (rivière protégée dans le cadre des ENS), la direction de la porcherie informe que l’entreprise a réalisé sur le site d’élevage un certain nombre de travaux, à savoir la restructuration des réseaux et la construction de nouveaux ouvrages de stockage, dans le but de se prémunir des risques de pollution et de mieux optimiser l’épandage. Elle précise que ces travaux n’excluent pas de maintenir la plus grande vigilance. Le système de drainage conçu sur tout le site au moment de sa construction constitue un risque à ne pas écarter en cas de fuite accidentelle des effluents.

 

- Actions présentes :

1/ La direction de la porcherie s'engage à mettre la pression sur ses sous-traitants pour qu'ils respectent les bonnes pratiques d'épandage.

2/ Le Cercle de Gindou invite les habitants à lui signaler tout ce qui pourrait ressembler à des infractions (passages trop fréquents, sols saturés, eau polluée, enfouissement non réalisés dans les 24 h, etc...) pour être répercutées auprès des responsables de l'entreprise.

3/ L'association environnementale, le Gadel, dans le cadre de sa fonction d'observatoire départemental pour la défense de l'environnement , est entrain d'organiser une réunion avec les services d'état pour que des contrôles sytématiques, dans le cadre des réglementations en vigueur,  puissent être envisagées sur le site et sur le périmètre du plan d'épandage Cazals/Salviac.

 

- Actions à venir :

Les dirigants de la porcherie sont très intéressés par l'installation d'une unité de méthanisation sur notre secteur pour 2 raisons :

- écouler leur production de lisier

- utiliser la chaleur produite pour leur "maternité"

Ils participeront volontiers aux réunions qui s'organiseront dans ce sens.

Le Syndicat Mixte du Pays Bourian est entrain de mettre en place une étude de faisabilité pour la création d'un collectif agricole de méthanisation sur le secteur de Cazals/Salviac et/ou Gourdon.

 

 

Pour ceux qui souhaitent suivre de plus près ce dossier,

vous pouvez nous contacter :
LE CERCLE DE GINDOU 

05 65 24 54 07

 

Pour ceux qui aimeraient se rapprocher du
 GADEL (Groupement Associatif
de Défense de l'Environnement du Lot)
 pour des informations juridiques et légales :

05 65 30 98 28

gadel46@free.fr

 

Pour ceux qui aimeraient en savoir plus
sur les projets de méthanisation en Bouriane :

PAYS BOURIAN
Vincent Liger

05 65 41 70 30

vincent-paysbourian@orange.fr;

 

 

 

Documents annexes

Le phosphate, la forme minérale du phosphore, est l’ingrédient essentiel de tous les engrais. Utilisé de manière intensive depuis les années 1950, il a permis l’envolée des rendements agricoles. Mais aujourd’hui, le monde s’achemine vers un pic de consommation, comparable à celui de l’exploitation des hydrocarbures. Si le phosphate venait à manquer, les prix alimentaires exploseraient, et avec eux le nombre d’affamés. D’ores et déjà, l’inégale répartition de cette ressource entraîne des tensions géopolitiques et sociales. Comment éviter la pénurie ?

 

Pages précédentes sur ce dossier :

- Porcherie de Cazals

- Lisiers et méthanisation

- Directive Nitrates